Fidest – Agenzia giornalistica/press agency

Quotidiano di informazione – Anno 33 n° 244

Posts Tagged ‘delors’

Ne tirez pas sur l’ambulance bruxelloise

Posted by fidest press agency su giovedì, 4 febbraio 2021

Depuis le 27 décembre, l’Europe s’est lancée dans une campagne de vaccination massive contre la Covid. Objectif : 70% d’adultes vaccinés d’ici à la fin de l’été dans l’Union. Avec comme moyens attendus, six vaccins différents pour 2,3 milliards de doses au regard de 450 millions d’habitants. Ce défi sanitaire, industriel, logistique et financier exige le concours de toutes les parties. Ces derniers jours, devant les retards de livraisons promises et la comparaison peu flatteuse avec certains pays vaccinant de manière accélérée, des voix s’élèvent contre la Commission européenne, qui a négocié les contrats avec l’industrie pharmaceutique et orchestré la campagne.
De nouveau, « Bruxelles » sert de bouc-émissaire trop facile à des critiques qui taisent la plus-value d’une coordination européenne au contraire salutaire. Imaginons un instant si chacun des 27 Etats avaient négocié séparément avec les laboratoires pharmaceutiques. Les enchères seraient montées au détriment des Etats moins offrant. Les doses n’auraient pas été réparties équitablement au prorata des populations. Les avances des uns se seraient faites au détriment de retards pour d’autres. Bref, la foire d’empoigne aurait été justement critiquée. « C’est la faute à l’Europe » aurait tôt fait place à « mais que fait l’Europe ? ».Devant la gravité sanitaire en jeu, il est pour le moins attendu de l’industrie pharmaceutique qu’elle honore ses engagements contractuels avec l’UE, qui a mobilisé des fonds à cette fin. Et il est plus que bienvenu que des sites d’autres laboratoires produisent pour leurs concurrents. Dans le contexte d’urgence pandémique, c’est bien ici « la coopération qui renforce », selon l’adage delorien.
Il est tout aussi primordial que les dirigeants des Vingt-Sept restent solidaires de la Commission dans cette campagne vaccinale à laquelle ils ont souscrit et qu’ils déploient chacun à leur manière, dans le respect de la subsidiarité. La responsabilité est collective. La récente défense de la stratégie européenne par Angela Merkel puis d’Emmanuel Macron face aux critiques politiques doivent apaiser les esprits. La campagne européenne n’est à l’évidence pas exempte d’erreurs – comme à la frontière nord-irlandaise- et un effort de transparence est notamment justifié. Pour autant, il n’y a pas de place pour du nationalisme vaccinal mais pour un patriotisme européen, qui n’est pas contraire à la solidarité planétaire nécessaire à conjurer une pandémie mondiale. Sébastien Maillard, Directeur de l’Institut Jacques Delors

Posted in Estero/world news, Spazio aperto/open space | Contrassegnato da tag: , , | Leave a Comment »

The Future Cohesion Policy Should Represent EU Solidarity in Action/La future politique de cohésion doit symboliser la solidarité européenne

Posted by fidest press agency su venerdì, 14 aprile 2017

europaOn 15th February 1987, the President Jacques Delors gave a famous speech entitled “Achieving the Single Act” in the European Parliament. He explained the fundamentals of the Cohesion Policy (CP) to be launched in June 1988. Thirty years after, it seems obvious that the contribution of the CP to public investment and to the EU 2020 Strategy is not enough to convince the national policy-makers and EU citizens to maintain funding for all of the regions. If we want to ensure the continuity of the CP, we need to substantially reform it in order to make evident that it helps EU citizens wherever they live to face new challenges, and that the CP is the best tool to create EU solidarity. According to Marjorie Jouen, adviser at the Jacques Delors Institute, PC reform should then simultaneously follow two directions: Revisit the convergence objective in the light of new challenges; Identify the “EU solidarity needs” which may be addressed by a placed-based, multi-annual, and partnership development policy. This Tribune was written for the Warsaw Conference entitled « The future of Cohesion Policy post- 2020 », co-organised by the European Committee of the Regions and the Region of Mazovia on the 3rd of March 2017.
Le 15 février 1987, le Président Jacques Delors prononçait un discours célèbre intitulé « Réussir l’Acte unique » devant le Parlement européen. Il expliquait les fondamentaux de la Politique de cohésion (PC) devant être lancée en juin 1988. 30 ans après, il devient évident que la contribution de la PC à l’investissement public et à la réalisation de la stratégie EU 2020 n’est pas suffisante pour convaincre les décideurs politiques nationaux et les citoyens européens de l’intérêt de maintenir des financements pour toutes les régions.
Si nous voulons assurer la continuité de la PC, nous devons substantiellement la réformer afin qu’il soit évident pour tous les citoyens européens qu’elle les aide à faire face aux nouveaux défis et qu’elle est le meilleur instrument d’exercice de la solidarité européenne. Selon Marjorie Jouen, conseillère à l’Institut Jacques Delors, cette réfome doit suivre simultanément deux directions:
revisiter l’objectif de convergence à la lumière des nouveaux défis; identifier les « besoins de solidarité européenne » auxquels une politique de développement territorialisée, multi-annuelle et partenariale peut répondre.
Cette Tribune a été écrite pour la conférence de Varsovie intitulée « L’avenir de la politique de cohésion après 2020 », co-organisée par le Comité européen des régions et la Région de Mazovie, le 3 mars 2017.

Posted in Estero/world news, Politica/Politics | Contrassegnato da tag: , , , | Leave a Comment »

Enrico Letta Appointed President of the Jacques Delors Institute

Posted by fidest press agency su giovedì, 7 luglio 2016

epa03683945 Italian Prime Minister Enrico Letta holds a press conference with French President Francois Hollande (not seen) after their meeting at the Elysee Palace, in Paris, France, 01 May 2013. EPA/YOAN VALAT

Paris. Former Italian Prime Minister Enrico Letta, dean of the School of International Affairs at Sciences Po in Paris, has been appointed president of the Jacques Delors Insitute, a European think tank founded twenty years ago by former European Commission President Jacques Delors. Enrico Letta succeeds António Vitorino, a former European commissioner and former Portuguese deputy prime minister who was appointed to head up the think tank in 2011. António Vitorino was appointed in the wake of the sudden death of Tommaso Padoa-Schioppa, who had chaired the institute for five years and whose line of thought continues to provide the think tank with its inspiration today. The institute’s founding president said that he is “happy” that Enrico Letta has been appointed and he sent the former Italian prime minister his best wishes for a successful term of office. “I am certain that Enrico Letta will prove capable of pursuing our mobilisation in favour of the construction of Europe, particularly at a time when Europe is facing so many challenges”, Jacques Delors said, also voicing his gratitude to António Vitorino and to the institute’s team as a whole. The institute’s new president said that he is “extremely honoured to become the president of the Jacques Delors Institute. This appointment provides me, in my capacity as a convinced proEuropean, with a splendid opportunity to grasp in my endeavour to devote even more of my time and energy to imparting a fresh thrust to European integration, a process in which my faith is even stronger at this time of crisis. We should see this crisis as an opportunity for imparting a fresh boost to the European project”. Enrico Letta, who will be heading up a team of some twenty people in the institute’s two offices in Paris and in Berlin, will be able to rely on the assistance of Jacques Delors, the institute’s founding president, and of Pascal Lamy, its president emeritus who is a former director general of the World Trade Organisation and a former European Commissioner.

Posted in Estero/world news, Spazio aperto/open space | Contrassegnato da tag: , , | Leave a Comment »

Investment in Europe: Making the best of the Juncker Plan/ Investissement en Europe : tirer le meilleur parti du Plan Juncker

Posted by fidest press agency su venerdì, 15 aprile 2016

Jean-Claude JunckerThis Report, written by Eulalia Rubio, David Rinaldi and Thomas Pellerin-Carlin, respectively senior research fellow ans research fellows at the Jacques Delors Institute and foreworded by Enrico Letta, vice-president of the Jacques Delors Institute, analyses the strengths and weaknesses of the Juncker Plan. Based on the Plan’s preliminary results, experts’ opinions, experiences with similar instruments and two case studies, this report identifies various short-term implementation risks that can threaten the success of the Plan within its initial three-year period and formulates policy recommendations to address such risks.The main conclusion is that the Plan will not be sufficient to close the current EU investment gap – and therefore should be complemented by other actions to boost investment. The success of the Juncker Plan might be also threatened in the absence of certain conditions.The Report also analyses possible long-term scenarios; in particular, the possibility that EFSI leads to the establishment of a system of public investment banks in Europe and the possibility that it becomes the seed of a future euro area macro-economic stabilization capacity.Finally, the Report provides a more on-the-ground analysis of the possible contributions of the Juncker Plan in two major areas: digital infrastructure and energy efficiency. The two case studies stress the need to deliver on the third pillar of the Plan by improving EU and national regulatory frameworks in order to remove non-financial barriers to investment. In both areas there is a concrete risk of geographical concentration but evidence also point out that EFSI can serve to help structure and finance small-sized and high-risk investment projects.
Ce Rapport, rédigé par Eulalia Rubio, David Rinaldi et Thomas Pellerin-Carlin, respectivement chercheur senior et chercheurs à l’Institut Jacques Delors et préfacé par Enrico Letta, vice-président de l’Institut Jacques Delors, analyse les forces et faiblesses du plan Juncker. À partir des résultats préliminaires du plan, d’avis d’experts, d’expériences avec des instruments semblables et de deux études de cas, elle identifie plusieurs risques à court terme concernant la mise en œuvre qui pourraient compromettre le succès du plan durant sa période initiale de trois ans, et formule des recommandations stratégiques pour remédier à ces risques.La principale conclusion est que le plan ne sera pas suffisant pour combler le déficit d’investissement actuel de l’UE et devrait donc être complété par d’autres mesures visant à stimuler l’investissement. La réussite du plan Juncker pourrait également être compromise en l’absence de certaines conditions. Ce Rapport analyse également des scénarios possibles sur le long terme, notamment l’éventualité que l’EFSI donne lieu à la création d’un système de banques d’investissement publiques en Europe et celle qu’elle soit à l’origine d’un futur mécanisme de stabilisation macroéconomique de la zone euro.Enfin, ce Rapport propose une analyse de terrain des apports possibles du plan Juncker dans deux grands domaines : les infrastructures numériques et l’efficacité énergétique. Les deux études de cas soulignent la nécessité de progresser au niveau du troisième pilier du plan en améliorant les cadres règlementaires nationaux et européens, afin de supprimer les obstacles non-financiers à l’investissement. Dans ces deux domaines, il existe un risque concret de concentration géographique, mais des éléments indiquent également que l’EFSI pourrait contribuer au montage et au financement de projets d’investissement de petite taille et à haut risque.

Posted in Estero/world news, Politica/Politics, Uncategorized | Contrassegnato da tag: , , | Leave a Comment »