Fidest – Agenzia giornalistica/press agency

Quotidiano di informazione – Anno 33 n° 348

Posts Tagged ‘européen’

Le nouveau «mode de vie européen»

Posted by fidest press agency su martedì, 24 marzo 2020

La pandémie mondiale a pris l’Europe de court et entraîné d’abord des réactions nationales en ordre dispersé. Interdictions d’exportation de matériel médical par certains pays, fermetures inopinées de frontières par d’autres, le besoin d’échange des informations, de coordination des mesures et de mutualisation des moyens s’est en retour aussitôt fait sentir. Il y aura des leçons à tirer pour que la plus-value européenne soit mieux mise à profit devant une crise épidémiologique d’ampleur. Celle-ci annonce déjà une grave récession économique contre laquelle s’élabore une riposte européenne très attendue. Cette infolettre spéciale en explore quelques pistes.Mais cette crise sans pareil n’ébranle pas seulement la mécanique européenne. Sa singularité historique la plus tangible est le confinement dans lequel elle tient actuellement des populations entières du continent, plus ou moins sévèrement. C’est tout un « mode de vie européen », dans son sens ici non polémique mais le plus littéral et quotidien, qui se trouve soudain mis entre lourdes parenthèses. De Rome à Bruxelles et de Madrid à Varsovie, les piazzas, grand’places et autres parvis urbains emblématiques de nos villes sont déserts, tout comme les bars à tapas, pubs, cafés ou brasseries. Nul doute qu’ils retrouveront de leur vivacité une fois le risque sanitaire levé. Pour autant, les retrouvailles passées, les Européens seront-ils complètement les mêmes au sortir de leur longue assignation à domicile ? Le télétravail aura fait des émules et la maîtrise des technologies numériques, quelques progrès, y compris dans le monde scolaire. Des déplacements professionnels ne paraîtront peut-être plus autant si incontournables. Chez soi, des intérieurs auront été rafraichis, des vêtements ressortis des armoires et des vieux livres dépoussiérés. Après des semaines de boutiques fermées, le tri des achats, entre ceux « de première nécessité » et le reste, sera un peu plus apprivoisé. La distanciation physique ne sera plus de mise mais elle se sera accompagnée d’un recul pour dégager l’essentiel, qui pourra perdurer. La patience, dans une société d’immédiateté, se sera frayée un chemin dans un mode de vie, en même temps, plus numérisé. Le retour ne sera plus à la normale, comme si de rien n’était.Au-delà d’une inflexion possible des mœurs, c’est aussi notre attention pour les personnes âgées, notre respect pour le corps médical, notre confiance dans l’expertise scientifique, notre apprentissage du civisme collectif, notre obéissance aux autorités nationales, notre rapport à la mondialisation économique et notre attachement au modèle social et à l’Etat-Providence que cette crise fait évoluer tout à la fois. Et fondamentalement, le regard sur notre vulnérabilité personnelle et celle de nos sociétés. Et notre regard sur l’Europe ? À ce stade, il risque de ne pas sortir grandi, sur le plan institutionnel. Les récents et appréciables efforts de l’UE n’effacent pas l’impression chaotique de départ. L’aide chinoise aux Italiens, et aujourd’hui aux Français, a été plus médiatisée que celle de l’UE aux Chinois ou pour les rapatriements de ressortissants de l’Union à l’étranger. Les réflexes nationaux dominent lorsque la vie est en jeu. L’idée européenne peut s’en trouver abîmée, en particulier en Italie, comme s’en alarme notre président, Enrico Letta.
Mais les Européens vivent aussi une épreuve collective. Elle marquera des générations entières, toutes concernées, sans exception. Dans d’autres régions du monde aussi, mais en Europe plus qu’ailleurs, tant il s’agit aujourd’hui de l’épicentre de cette crise. Confinés, les citoyens européens s’observent, comparent et échangent ensemble leurs expériences, leurs passe-temps sur les réseaux sociaux. Il pourra s’en dégager par cette mémoire partagée, un début de sentiment d’appartenance, une conscience plus aigüe d’interdépendance et de destins liés, dont le projet européen a besoin pour avancer. (Sébastien Maillard Directeur de l’Institut Jacques Delor)

Posted in Estero/world news, Spazio aperto/open space | Contrassegnato da tag: , , | Leave a Comment »

Dialogue social européen : 30 ans d’expérience et de progrès, quel avenir?

Posted by fidest press agency su giovedì, 29 gennaio 2015

dialogue_socialDans ce moment de crise qui n’en finit pas et dans lequel l’Europe sociale semble cruellement manquer, la question de la place et le rôle des acteurs sociaux se pose avec acuité tant au niveau national qu’au niveau européen.Si les relations professionnelles nationales se sont construites depuis plus de 100 ans de manière singulière dans chacun de nos pays, dans des contextes historiques, au travers des luttes et sous des formes différentes, le dialogue social européen lui, a vu le jour il y a juste trente ans, de manière volontaire, avec l’ambition d’être partie prenante de la construction européenne. À l’occasion du 30ème anniversaire des réunions de Val Duchesse, l’Institut Jacques Delors publie ce Policy paper de Jean Lapeyre qui présente la naissance (partie 1), l’évolution (partie 2) et les perspectives d’avenir du dialogue social européen (partie 3).Les six premières années du dialogue social européen ont permis d’établir les bases d’un espace contractuel et d’un engagement des partenaires sociaux dans la gouvernance de l’UE. Les quatorze années suivantes ont vu la conclusion des premiers accords européens interprofessionnels et sectoriels et la diversification du dialogue social au niveau des entreprises exerçant dans l’espace européen. Ces dix dernières années ont été plus difficiles et le dialogue social européen semble marquer le pas sous le coup d’un élargissement qui doit être digéré, d’une crise qui n’en finit pas, d’un affaiblissement de la négociation collective ou encore d’une Commission européenne affaiblie et réticente – sous la pression des États membres – à toute initiative sociale. Faut-il désespérer ou au contraire agir pour une relance du dialogue social et de la qualité de ses résultats ? Des pistes existent, qui concernent en premier lieu les partenaires sociaux mais aussi la Commission européenne. Elles sont évoquées dans la dernière partie de ce Policy paper : consolidation des résultats du dialogue social ; structuration plus forte et plus autonome du dialogue social ; une “zone euro” du dialogue social ; l’articulation de l’espace européen et de l’espace mondial ; complémentarité entre dialogue social et dialogue civil.

Posted in Estero/world news, Welfare/ Environment | Contrassegnato da tag: , , , | Leave a Comment »

Le premier débat de leur cycle “Droit d’inventaire – Droit d’inventer”

Posted by fidest press agency su venerdì, 17 gennaio 2014

jaques delorsLe 25 novembre 2013, 6 mois avant les prochaines élections européennes, Notre Europe – Institut Jacques Delors et le Mouvement Européen France ont lancé le premier débat de leur cycle “Droit d’inventaire – Droit d’inventer”, à Albi dans l’euro-circonscription Sud-Ouest, sur les thèmes de la mondialisation et de l’emploi.Trois enjeux principaux ont été abordés:
Emploi, l’harmonisation sociale et fiscale pour une concurrence intra-européenne plus saine ;
Mondialisation, s’unir pour une compétition d’égal à égal avec l’extérieur ;
25 mai 2014, le choix de votre Union Européenne.
A cette occasion, les citoyens ont pu partager leurs questions et leurs opinions avec :
Anne LAPPEROUZE, présidente du Mouvement Européen – France – Tarn,
Yves BERTONCINI, directeur de Notre Europe – Institut Jacques Delors,
Daniel ECLACHE, chef d’entreprise et président du MEDEF – Tarn,
Jean-Louis HORMIERE, président de la Chambre de commerce et des métiers du Tarn,
Antoine JANKOWSKI, consul honoraire de Pologne à Toulouse.

Posted in Estero/world news | Contrassegnato da tag: , , , | Leave a Comment »

Immigration: un “permis unique” européen

Posted by fidest press agency su mercoledì, 29 settembre 2010

Une procédure administrative simplifiée et l’égalité de traitement avec les travailleurs nationaux pour les salaires, les conditions de travail ou encore la sécurité sociale: un projet de directive, soutenu en commission des libertés civiles, vise à lutter contre l’exploitation de la main d’œuvre étrangère en renforçant les droits des ressortissants de pays tiers travaillant dans l’UE. La directive “permis unique” doit compléter le dispositif de la carte bleue européenne visant à faciliter l’immigration légale en fonction des besoins du marché du travail européen. Elle vise à permettre aux ressortissants des pays tiers d’obtenir un permis de travail et un permis de séjour en une seule procédure et à un seul guichet.  Le titulaire du permis unique se verrait en outre accorder le droit de transiter par d’autres Etats membres. Toute décision de rejet d’un permis devra être motivée, et le candidat pourra bénéficier d’un droit de recours, en accord avec la législation nationale en vigueur. La proposition de directive ne touche pas aux conditions d’admission de ressortissants de pays tiers, qui relèvent de la compétence des Etats-membres. En revanche, elle leur garantit un socle de droits et leur offre un statut juridique sûr, afin de constituer un garde-fou contre l’exploitation de la main d’œuvre étrangère. La directive doit permettre de conférer l’égalité de traitement entre les travailleurs des pays tiers et les travailleurs nationaux dans un certain nombre de domaines comme les salaires, les conditions et le temps de travail, la formation, ou encore la sécurité sociale – les Etats membres peuvent toutefois restreindre cette égalité de traitement dans certaines conditions, par exemple en exigeant la preuve d’une connaissance appropriée de la langue pour donner accès à l’éducation ou à la formation. La proposition législative avait été publiée en 2007, avant de changer de base juridique avec l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne. Le Parlement examine le texte en codécision avec le Conseil des ministres.

Posted in Estero/world news | Contrassegnato da tag: , , , | Leave a Comment »